|accueil|

 

 

Ma page FACE BOOK d’artiste peintre:

Ma page FACEBOOK de l’académie de peinture:

 

 

Les Membres de mon Académie

Les Peintres ayant suivi mon enseignement



 

 


L' Académie de Peinture
The Painting Academy

academiedepeinturegd03.gif

Les membres de mon Académie auprès desquels je me réalise pleinement, m'obligent à chaque cours à formaliser de plus en plus ce langage de la peinture acquis auprès de Pierre Jean durant 26 années. L'évolution de ma peinture, cette forte marge de progression que je ressens si profondément en moi, je les leurs doit entièrement car chaque cours passé à peindre devant eux m'oblige constamment à me "sortir les tripes", à aller de l'avant, toute stagnation m'étant interdite.
" Dubois n'a pas le droit de copier Dubois".
L'Académie représente pour moi un garde-fou fantastique, me préservant de toute redite dans mes choix de sujets et d'harmonie colorée. Ma peinture doit tout à Pierre Jean pour les outils que celui-ci a placé entre mes mains, mes élèves m'apportent l'oxygène nécessaire à mon évolution, la peinture de mes confrères me nourrissant de nouvelles harmonies. Tout peintre solitaire est voué à la mort lente sans le contact des autres créateurs, il doit se comporter comme une éponge, au contact des oeuvres de ses contemporains, au contact du monde qui l'entoure, au contact des apprentis peintres qui viennent lui demander conseil.

Ceci est mon credo, Janus est mon exemple.


The members of my academy with whom I fulfill myself compel me the formalize more and more the language of painting I acquired thanks to PJC over 26 years. I owe the members the evolution of my painting, that forceful margin of progression I deeply feel inside me because the time I spend painting in front of them during the lessons forces me " to push my limits", to go foreward, standstill is prohibited.
" Dubois does not have the right to replicate Dubois".
For me, the academy is a fantastic safeguard. It prevents me from any repetition of subject and colour harmonies. My art owes everything to PJC thanks to all the tools he laid in my hands, but my students are the oxygen necessary to my evolution. The paintings of my fellow painters nourishing new harmonies. All solitary painter if deprived of contacts with other creators is promised a slow death, the must sponge in when in contact with around him and with the learners who come ask for advice.

That is my credo and Janus my example.





Pendant un cours...
During a lesson

REPRISES DES COURS DE PEINTURE A L’HUILE

MARDI 30 AOUT à 10h

MERCREDI 31 AOUT à 18h 45

CONTACT

 

 

 

 

Petit retour sur mon enseignement de la peinture.

 

 

( Ce n’est pas que je radote, quoique… en cours, je passe mon temps à revenir inlassablement sur l’ouvrage, à formuler de dix façons différentes la même règle, car ayant dix interlocuteurs dissemblables, dix compréhensions différentes. )

 

 

 

J’ai déjà souvent eu l’occasion de  vous expliquer que cet enseignement reposait sur l’exemple.

En effet, comment démontrer au mieux une règle de peinture, de cette langue si complexe, comment mieux l’expliquer qu’en l’exécutant moi-même devant mes élèves.


Ainsi, les membres de mon académie ne peignent pas à l’atelier, pas de  « halte - garderie » comme je qualifie ces cours où l’enseignant ne fait que passer derrière ses élèves, ne leur prodiguant que quelques indications succinctes, sans jamais prendre lui-même les pinceaux.


Imaginez, comment pourriez-vous apprendre à jouer du piano sans jamais avoir entendu ni vu jouer votre professeur !


Pendant les cours, je suis le seul à peindre, mes élèves peignent chez eux.

Pendant la première heure, les toiles que ceux-ci ont travaillées chez eux, sont commentées, analysées, j’écoute la description de leurs symptômes pour établir au mieux un diagnostic.

 

Puis durant la deuxième heure, je peins, soit sur mes propres toiles, soit en rectifiant (moi-même) les erreurs qu’ont pu faire mes élèves sur leurs toiles, erreurs que j’ai estimées ne pouvoir être rectifiées par eux-mêmes. Si je pense qu’ils peuvent le faire eux-mêmes, je n’interviens surtout pas sur leurs toiles.

 

 


Si je me qualifie moi-même de « passeur de gué » c’est que j’accompagne l’élaboration des toiles de mes élèves, pas-à-pas, depuis l’idée d’un tableau, en les aidant à choisir « le » bon sujet, leur sujet, celui qui correspond au mieux à leur écriture, je pense en effet qu’une toile réussie dépend initialement d’un bon sujet, comme un bon film dépend avant tout d’une bonne histoire.

 

Ainsi, du dessin sur la toile, jusqu’à la signature j’aide à la bonne progression de « leur » toile.

 

 

Si je souhaite procéder ainsi, c’est que je veux partir du même point de départ que l’élève sur sa toile, connaître exactement ce qu’il veux dire  afin d’être sûr de ne pas dériver insidieusement vers « ma toile », celle que je serai tenté de faire moi-même. Seule la toile de l’élève compte, je ne dois pas faire des « clones » de Dubois.

C’est ainsi que j’ai pu avoir dans le passé des élèves faisant une peinture abstraite, bien loin de la peinture de la réalité qui est la mienne.

La peinture est une langue, avec ses règles de conjugaison, sa grammaire, son vocabulaire, voilà ce que j’enseigne, après, c’est à l’élève de trouver sa partition. Avec mon aide bien entendu.

 

Ce principe personnalisé d’enseignement, me permet d’accueillir au sein d’un même cours des personnes de niveau très différent, les moins avancés bénéficiant de l’expérience des plus anciens, les anciens « bénéficiant » des re-dites sur lesquelles l’inexpérience des nouveaux m’oblige à revenir.

 

 

 

J’ai souhaité revenir sur ma façon d’enseigner la peinture, car j’entends encore trop des commentaires de ce style sur mon académie :

 

«  si tu suis les cours de Dubois il va te faire peindre la même peinture que lui »

ou   

  «  vos élèves sont trop avancés pour moi, je ne vais pas arriver à suivre »

 

 

 

The first question that the people interested by my courses pose to me: How are held your courses?

 

I base my teaching on the example, when I want to show a rule of painting, of this so complex language, how to best explain than by carrying out it myself in front of my pupils.

Also, the members of my academy do not paint with the workshop, not “halt - nursery” as I qualify these run where the teacher does nothing but pass behind his pupils, lavishing only some brief indications to them, without never taking itself the brushes.

Imagine how you could learn how to play of the piano without never to have heard nor seen playing your professor!

During the courses, I am the only one to paint, my pupils paint on their premises.

During the first hour, the fabrics that those worked on their premises, are commented on, analyzed, then during the second hour, I paint, either on my own fabrics, or by rectifying myself the errors which my pupils could make on their fabrics, errors that I estimated to be able to be rectified by themselves.

If I think that they can do it themselves, I do not intervene especially on their fabrics.

If I describe myself as “frontier runner of ford” it is that I accompany the development by the fabrics of my pupils, step by step, since the idea of a table, drawing on the fabric, until the last stage.

If I wish to proceed thus, it is that I want to be with the starting point of the fabric, to know exactly what want to say the pupil in order to be sure not to derive insidiously towards “my fabric”, that I will be tempted to make myself.

Only the fabric of the pupil counts, I do not want to make “clones” of Dubois.

Thus I could have in the past of the pupils making an abstracted painting, well far from the painting of the reality which is mine.

Painting is a language, with its rules of conjugation, its vocabulary, here what I teach, afterwards, it is with the pupil to find his partition.

With my assistance of course.

 

~

Vous faites partie d’un groupe de peintres amateurs,

vous suivez des cours de peinture,

voici un petit questionnaire auquel vous devriez pouvoir répondre :

 

 

 

 

·       Quelle est la signification d’une verticale dans une toile ?

·       Le nombre d’or est-il vraiment indispensable en peinture ?

·       Pourquoi toute peinture même la plus figurative est avant tout abstraite ?

·       Doit-on peindre ce que l’on sait ou ce que l’on voit ?

·       Peint-on avec son cerveau gauche ou son cerveau droit ?

 

 

·       A quoi doit répondre un contraste de valeur ?

·       Une ombre propre est-elle plus claire ou plus sombre qu’une ombre portée ?

·       Comment le sujet d’un tableau est-il lisible ? par les valeurs foncées, ou les valeurs claires ?

·       Commencez-vous votre tableau sur une toile blanche ?

 

 

·       La règle des couleurs complémentaires est-elle bien indispensable en peinture ?

·       Qu’appelle-t-on un accord dissonant ?

·       Comment rééquilibrer des dissonances dans un tableau ?

·       Qu’appelle-t-on unité de lumière ?

·       Quelle est la différence entre sonorité et harmonie ?

·       Peut-on mettre une lumière aussi forte dans un lointain qu’au premier plan ?

·       Qu’appelle-t-on harmonie maximum ?

 

 

·       Quelle est la définition de la composition en peinture ?

·       La peinture est-elle une interprétation ou  une représentation ?

·       Doit-on savoir dessiner pour bien peindre ?

Comment faire pour nettoyer une toile dont la peinture est bien sèche et la remettre pratiquement « à neuf » ?

 

Si vous ne pouvez répondre à ces questions, vous devriez vite vous inscrire à mes cours.

(Voilà une petite partie des thèmes que j’aborde pendant ceux-ci.)

~

cours de peinture

 

( * cours réservés aux personnes peignant depuis un certain nombre d’années mais également à tous ceux et celles qui ne veulent pas rester autodidactes toute leur vie, qui sont prêts à se remettre en question côté peinture et qui n’ont plus peur d’affronter les réponses sur leur immobilisme pictural.)

 

 

 

Les cours susceptibles d’accueillir encore quelques élèves en perfectionnement sont :

 

LE MARDI MATIN DE 10H A 12H

LE MERCREDI SOIR DE 18H 45 A 20H 45

 

~

 

STAGES DE PEINTURE :

Devant le nombre croissant de messages, que je reçois par mail, me questionnant sur mes stages, je tiens à rappeler, que je n’organise aucun stage de peinture sur plusieurs jours, ni à l’atelier, ni à l’extérieur.

 

 

 

~

Je tiens à remercier tous ceux et celles qui me contactent par mail, mais, je ne peux vraiment plus répondre personnellement à toutes vos demandes de conseils sur la peinture, la profession d’artiste peintre etc… comme je tiens à vous répondre de la façon la plus consciencieuse, plusieurs jours chaque semaine sur mon clavier n’y suffiraient pas.

Pardon encore, je le déplore d’autant plus que vos messages sont toujours pleins de gentillesse à l’égard de ma peinture, mais l’audience de mon site depuis 14 ans n’a fait que croître, et vos contacts de même.

 

 

~

 

 

Article LE PROGRES / Christel RAYNAUD / 20 février 2006
article-raynaud-leprogres-1.jpg

Pour me contacter

 



SALON DE L’ ACADEMIE

 



 

 

 

 



email.gif



Les Membres de mon Académie

Les Peintres ayant suivi mon enseignement









 

|accueil|